Le bruit des cités

senghor.jpgAu cours d’un conseil des ministres de 1963, inquiet du flux qui attire en France des dizaines de milliers de travailleurs immigrés, effort de construction oblige, de Gaulle questionne : « Qui, autour de cette table, mesure les conséquences à trente ans ? » (A Perfitte ; C’était de Gaulle)). Silence autour de la table. Silence pendant 40 ans… Aujourd’hui, le bruit.
La carte politique française est absurde, qui oppose depuis vingt ans répression à droite et action sociale à gauche, au lieu d’en combiner les effets, privant l’un et l’autre camp d’une moitié de la solution. Lorsque Ségolène Royal évoque la répression et la police - voire l'armée-, on se pâme à gauche et on rigole à droite, si Nicolas Sarkozy se met à parler de dialogue et d’éducation, on s’inquiète à droite et on se marre à gauche. Le grand absent est le discours raisonnable.
Le modèle d’intégration républicain a été pensé à une époque où l’école est laïque, forte et autoritaire. Il offre à un individu, démarqué mais dépositaire de sa culture d’origine, la possibilité d’intégrer une espace dont les normes et les règles lui sont inculquées sans compromis culturel. Au cœur du dispositif est la langue. Et Léopold Senghor, (Président du Sénégal, Grand-croix de la Légion d'honneur, Grand-croix de l'ordre du Lion du Sénégal, Grand-croix de l'ordre national du Mérite, Commandeur des Palmes académiques, Commandeur des Arts et des Lettres, Médaille de la Reconnaissance franco-alliée 1939-1945, Croix de combattant 1939-1945), chantre de la négritude, était aussi agrégé de grammaire.
Parce qu’il est fondé sur l’individu, ce modèle ne répond pas au grand nombre. La problématique intercommunautaire est d’une autre nature. Elle favorise l’émergence de sous-cultures actives dans de petites communautés géographiquement rassemblées, qui déterminent leurs règles internes et dont les frontières sont, par définition, conflictuelles puisqu’elles échappent à la norme nationale. N’oublions jamais que la culture est un phénomène d’abord négatif. Une culture se forme, une communauté se rassemble, pour se défendre de menaces externes, et elle établit les règles de sa propres survie, particulièrement dans un environnement économiquement précaire. Dès lors, toute intrusion externe débouche sur la violence.
Aujourd’hui encore, du fait de la fragmentation administrative et du clivage politique, répression et intégration ne sont pas correctement articulées (hormis le plan Borloo, qui est une nouveauté) et les candidats sont prisonniers des stérotypes de leur camp.