Enfin libres!

houdini.jpgQuelques hiérarques socialistes, anticonstitutionnellement entravés depuis 2005 dans le grand sac du NON, nous offrent  aujourd'hui quelques contorsions réjouissantes pour en sortir. C'est Noël. Montebourg, le premier, a repéré la truffe. Bravo. A leur tour, Mélenchon et Chevènement, artistes d'exception, ont amorcé quelques jolies figures dans l'axe d'un strapontin et de quelques circonscriptions. Après la magie des contorsionnistes, les clowns, et nous savons tous qu'avant peu Fabius émergera sous les lambris qu'il affectionne. N'a-t-il pas toujours cru en l'Europe?
Le Front Antilibéral – disons son aile dure, Bové, Autain, Besancenot, Buffet… -, un moment bercé dans l'illusion régressive du refus, retourne à sa condition naturelle, dans les poubelles de l'histoire, sans grand espoir de recyclage écologique. Fascinant. La gauche française, du Ni-Ni au NON, confirme son conservatisme et sa terreur de l'expérimentation.
Ségolène, elle, toujours surprenante, toujours à contre-courant, parfois un peu gênante pour les siens, poursuit son trajet poético-économique et veut réinventer l'Europe. Elle s'en prenait il y a peu à la BCE. "Ce n'est pas à Monsieur Trichet de décider de l'avenir de nos économies…" Na! Et d'espérer que l'Eurogroupe, par exemple, s'en charge. En oubliant que l'Eurogroupe n'est pas décisionnaire mais formule simplement des recommandations suivies ou non pas le Conseil ECOFIN, et que la France, au sein de la zone Euro, fait figure de dernier bastion de l'économie dirigée. L'arrivée de la Slovénie ne changera pas la tendance. Elle sera libérale.
Encore un Désir d'avenir qui pourrait tourner court.