Bas les masques

masque.jpgDialogue. Acte I, scène 1.
(Le jeune François a présenté sa jolie compagne à un vieil oncle. Les deux hommes se retrouvent au fumoir pendant que la jeune femme débarrasse.)
- Alors, oncle Rodolphe? Que pensez-vous d'elle? Soyez direct. Dites-moi… franchement…
(Un silence. L'oncle tire sur sa pipe, le regard perdu dans l'ambre d'un Armagnac).
- François, mon garçon, votre jeune compagne est une adorable ingénue, pour ne pas dire une parfaite idiote, mais quel délicieux enfant… vous voilà tranquille pour longtemps. Mais soyez prudent quand-même…croyez-en votre vieil oncle, soyez prudent…

Dialogue. Acte I, scène 1.
(La jeune Cécilia range la cuisine avec sa mère, après un déjeuner de présentation).
- Vous ne dites rien, maman… que pensez-vous de lui? Soyez directe. Dites-moi… franchement…
(Un silence. Elle lui répond sans la regarder, les mains à plat sur le lave-vaisselle)
- Ma chérie, votre compagnon m'a l'air couillu comme un Postier Breton. C'est très bien. C'est vers la cavalerie qu'il vous faut le pousser… mais… je ne sais pas… sachez le soutenir… il m'a quand même l'air fragile sous ses airs…

La voilà posée, la vraie dramaturgie de la campagne qui s'annonce, un queum contre une meuf… Ségolène a rejoint Nicolas sur la valeur travail, sur ses thèses sécuritaires, et plus récemment fiscales. Nicolas a rejoint Ségolène, regarde désormais dans les yeux la France qui souffre et cite Jaur&egra