L’écoute paye…

oreille.jpg"Ce que veulent les Français…" C'est la phrase clé. La preuve de l'écoute. Ca se dit face à la caméra, Bayrou le fait très bien… D'abord un léger silence, les yeux dans l'objectif, on sait qu'on entre dans la confidence… "Ce que veulent les Français? Je vais vous le dire, moi…" autrement dit, et moi je le sais et je suis seul à y répondre.
A chaque fois ça m'intéresse parce que comme ça, je vais savoir ce que je veux. Il suffit d'écouter Bayrou. Donc j'écoute. Et à chaque fois c'est à côté. Ca n'est jamais ce que je veux! Mais puisque Bayrou ne se trompe jamais, ça veut forcément dire que je ne suis pas Français. Surement un de ces skieurs exilés ou de ces traders ultralibéraux qui picolent le soir dans les bars de la City. Peut-être que les Français - disons les électeurs, c'est plus honnête - veulent simplement savoir ce que veulent leurs politiques et ce qu'ils vont faire.
Ségolène, elle, est très honnête. Elle ne sait pas. Du coup elle n'affirme aucune conviction et ne fatigue personne en les assenant. Le Français a beau être l'animal le plus sondé du monde, pour elle ça reste assez flou. Donc elle pensera ce qu'ils penseront, le moment venu. Elle l'a dit. Et comme il faut un programme, elle organise cent jours avant l'élection des débats passionnants dans les patronages laïques et les écoles communales, des discussions hyper-consensuelles et profondes où l'intelligence collective se mobilise pour reconstruire l'Europe, refonder les règles du commerce international, définir une position française sur la prolifération nucléaire, planifi