Les affres de la toise

newton-2.jpgLe problème des classements et des comparaisons, c'est que ça oblige à classer et à comparer. Non? Et ça, ça n'est pas égalitaire. Il y a un risque majeur, on pourrait voir qui sont les bons et qui sont les mauvais. Et ça pourrait faire des vagues… dit le Ministre.
Ce qui fait que lorsque paraît le classement mondial des universités, proposé par Shanghai Jiao Tong University, on en conteste avant tout les critères. La preuve? Facile, la meilleure université française n'apparaît qu'au 45ème rang en 2006, derrière, les Anglais, les japonais, les canadiens et, écrasant tout le monde, les Américains, ces types idiots qui prônent cet insupportable inceste entre recherche, universités et entreprises. Un baromètre honnête nous aurait naturellement mis en tête…
Et cette semaine, nouveau pavé dans la mare! La valorisation de la recherche en France. Les analyses du collectif crypto-syndicaliste Sauvons la Recherche se trouvent mises en question par un rapport réalisé par l'Inspection Générale des Finances et l'Inspection Générale de l'administration de la Recherche et de l'Education Nationale. Conclusion du rapport? Le secteur est moins performant que celui de nombre de nos voisins et pourtant davantage doté en ressources. Mais des conclusions qui ne placent pas la France en tête sont forcément "grossièrement fausses et ne peuvent être apportées, dans cette forme lapidaire, que par des ignorantins" s'insurge le Ministre. (voir le CV des ignorantins… c'est édifiant). La polémique sur la santé de la recherche en France n'est pas nouvelle. Ceux que le sujet intéresse peuvent consulter l'excellent Blog Sur Science.
Derrière ces débats souvent vifs, le même syndrome, celui du refus systématique de voir le réel et de s'y confronter. En refusant les chiffres, par exemple, on fait du "déclin" le "déclinisme", c'est-à-dire une tendance parmi d'autres, une idéologie à combattre, u