Coup de soleil sur la banquise

polars.jpgLa science a-t-elle jamais été autre chose que politique? Que la terre tourne autour du soleil faisait en d'autres temps tourner la tête des prélats, qu'elle se réchauffe un peu vite semble aujourd'hui faire tourner celle des cardinaux du Nouvel Ordre Mondial. Non, le réchauffement de la planète n'échappe pas à la règle et l'administration Bush semble fondre ce qui lui reste de plombs au même rythme que la banquise.
The Guardian rapporte que L'AIE (American Entreprise Institute), un thinktank financé en grande partie par ExxonMobil et proche de la Maison Blanche, a récemment envoyé une série de lettres à des scientifiques américains et européens. La lettre offre de financer des publications. Ca démarre plutôt bien. Oui, mais lesquelles? Facile, il suffit de publier pour contester la validité scientifique des conclusions du rapport de Nations Unies sur le réchauffement climatique (IPCC). D'ailleurs, la lettre dénonce le rapport comme "rétif à toute critique ou désaccord raisonnable, et prompt à offrir des conclusions soutenues par un travail d'analyse médiocre". Elle en appelle à des publications qui "explorent avec sérieux les conclusions du modèle climatique". Autrement dit qui concluent : Réchauffement? Connais pas!
Exit la science, bienvenu les pataugas. Ben Stewart, de Greenpeace dit de l'affaire: " L'AEI est davantage qu'un Thinktank, il fonctionne comme une mafia intellectuelle de l'administration Bush. […] Ils ont perdu sur la science; ils ont perdu sur la morale; tout ce qui leur reste, c'est une valise de billets…".
Lord Rees of Ludlow, président de la Royal Society, l'institut scientifique le plus prestigieux de Grande Bretagne, conclut en ces mots: "Toutefois, et encore une fois, il y aura une minorité de voix, avec son propre agenda, qui essaiera de suggérer autre chose".
Ca va chauffer…