Notre Blair à tous…

Et si c'était lui
On le sait maintenant vainqueur au deuxième tour, s'il survit au premier, quel que soit son adversaire.
Alors rêvons un peu. Par exemple, il suffirait que Monsieur Besson, maire de Donzère et claqueur de portes roses, nous annonce jeudi au cours d'une conférence de presse très attendue qu'il a perdu confiance, qu'il ne veut pas refaire l'erreur de 2002, qu'il ne peut pas se taire et que cette fois-ci, pour "dire vraiment les choses", il annonce son ralliement à Bayrou… (qui verrait bien DSK premier ministre de sa bande)… Imaginez… Le séisme emporterait Mère Ségolène et recomposerait en quelques jours la gauche autour d'un Social libéralisme couleur Blair, rêvé par beaucoup, honni par les autres – je veux dire le camp du NON qui, dans le mouvement gracieux, se referait une santé en puisant dans l'aile gauche, désemparée. Du Maurice Béjart en politique! Stress rue d'Enghien. Processions rue de Solférino… Duhamel courtisé par toutes les rédactions…
Présent au deuxième tour, donc, rassemblant une partie modérée de la gauche, le centre et la droite tendre, il pourrait en effet gagner et constituer le premier vrai gouvernement 100% ingouvernable de la Vème République et mener le pays - après des législatives acrobatiques et velues - vers le triomphe du non-choix. Cet homme cohabite déjà avec lui-même, il est prêt. Ils sont tous prêts, d'ailleurs.
Bref, il se peigne, hop, il s'habille, hop, il fait l'accolade à Jacques, hop, il met Ségolène à la famille, hop, Fabius au rancart, hop, Montebourg au piquet…
Excusez moi, c'est nerveux…

Bona passejada suu men blog!