La marionnette des éléphants

becassine-marionnette.jpgAprès avoir chassé les éléphants dans les conditions qu'on connaît, et mené le troupeau tambour battant jusqu'au bord du gouffre, Royal "rassemble". Entendez par là qu'elle invite la nouvelle génération, celle du renouveau, à partager avec elle "une autre façon de faire de la politique". Qui en douterait? "Ils sont venus, ils sont tous là"…  Mauroy, Fabius, Emmanuelli, Delanoë, Aubry, Kouchner, Roudy, massacres ressuscités, hier encore bien disposés sur les murs du bureau politique. Le temps de retrouver le numéro de téléphone de Rocard et le tableau sera complet. Tous des mordus de la démocratie participative. Ils l'ont dit. Le Monde va commenter une "légère inflexion dans la campagne", on peut parier.
Le 19 février, sur le plateau de TF1, une femme enthousiaste réclamait "davantage de femmes dans l'équipe, que des femmes, même!" Ségolène l'a écoutée, parce que Ségolène écoute. C'est évident.
Il y a maintenant trois porte-parole et un soldat en charge du suivi de la presse nationale. D'aucun trouveront que c'est beaucoup. Moi pas. Il va falloir balayer large. Comment une seule voix pourrait-elle faire la synthèse  pour une telle Troïka sans se déboîter les cervicales? Même Lionel est là, lui, le porte-bonheur, le tombeur de Besancenot en 2002, dont avec beaucoup d'élégance François Hollande dit qu'il apportera au Conseil Stratégique "son expérience de ce qu'il ne faut pas faire". Précieux. On sent à quel point tous ces gens s'apprécient.
Tout ça pour en arriver là.
Car enfin, s'il lui faut s'adosser aujourd'hui à un mur d'éléphants, c'est bien qu'il n'y avait rien derrière, sinon le fratras participatif qu'ont découvert ceux qui ont ouverts les Cahiers d'Espérance. Tout cela n'était donc qu'un sourire et une larme? Au moins savons-nous maintenant, en jetant un coup d'oeil à l'équipe, de quoi l'avenir sera fait. On le sait depuis vingt-cinq ans. Il aura la cohérence du passé. En 1974, Giscard appelait ça "le changement dans la continuité".
Il ne reste plus remettre Ségolène au coeur du Projet Socialiste, comme les publicitaires calaient autrefois une blonde pulpeuse sur l'aile avant-gauche de la voiture qu'il voulait vendre. La marionnette n'aura plus qu'à tendre la main et sourire, c'est bien ce qu'on lui demande.
La gauche nous avait réinventé Iznogoud, bienvenue à Bécassine.