La vie édifiante de l’Opinius Publicus Gallicus

sondages.jpgL'opinius est un gros animal sympathique et dolent, plutôt peureux, d'un tempérament conservateur et amical. Sa chair est plutôt forte en graisses et l'huile qu'on en tire peut facilement être utilisée pour l'entretien et la mise en valeur du cuir, pour la sellerie ou la chaussure.
Sa principale occupation? Se taper un coup de Buzet et s'installer au soleil, je veux dire devant un écran allumé, la gueule largement ouverte dans l'axe, pour que rien ne lui échappe, de 19h45 à 23h. Puis de 7h30 à 8h30, toutes saisons confondues. C'est ainsi qu'il se nourrit. Le reste du temps, il est amorphe mais n'en pense pas moins.
Certains, rassemblés en troupeaux, ne doivent leur salut qu'à l'engagement d'individus appelés KOL (Key Opinion Leaders), ou "People". Ceux-là sont des aventuriers ou des artistes qui naviguent sur les ondes et à qui l'on doit d'ailleurs la découverte de l'animal. Ils parviennent parfois à provoquer la transhumance du troupeau, un voyage long et laborieux, d'une idée à une autre.
L'opinius connaît des phases actives. La première est la période des amours, en général tous les cinq ans, au cours de laquelle le troupeau s'enrichit de sujets exceptionnels, les NA (Nouveaux Adhérents). Mais attention, d'une génération à l'autre, les comportements sont imprévisibles. L'animal connaît alors des dérèglements pour certains stupéfiants, pour d'autres extrêmement amusants. D'un jour à l'autre, sa température, suivie très régulièrement, connaît des écarts impressionnants. Tout dépend de ce qu'il a mangé la veille. Il est pris de soubresauts et affiche des comportements incohérents dont l'interprétation, encore mystérieuse est sujette à de solides prises de bec entre spécialistes. L'animal souffre, ne trouve pas sa position, s'énerve et cherche son partenaire avec cette naïveté pataude mais sereine qui est le signe que son cortex, habituellement au repos, s'agite.
La deuxième phase active est dite contestataire. L'opinius est une animal sage par nature, mais également déterminé. Il ne faut pas le chercher trop longtemps. Il s'agace. Il arrive même qu'il se mette à sentir extrêmement mauvais. C'est un signe de colère. C'est inquiétant. Il peut alors s'ébrouer et se mettre en mouvement. Rien ne l'arrête et le leader démuni doit alors se plier à la loi du troupeau.
Sujet: l'opinion privée est-elle la version libérale de l'opinion publique? Commentez.

Vignette: Opinius Publicus en pleine activité