PS: l’improbable découpage

afrique1711.jpgSi d'aventure Royal devait perdre – ce que je souhaite et pense probable – elle n'aura pas à refonder la république. Elle aura raté son passage en VIème. Le primaire lui réussit, on le sait. Sans doute verra-t-elle aussi s'espacer les crises de SCCM (Syndrome Compulsif Constitutionnel de Montebourg) qui l'ont frappée il y a quelques semaines, une pathologie agressive et contagieuse, essentiellement vers le Centre. Pour autant, sa fièvre trouvera sans doute dans l'explosion plausible du PS de quoi consumer l'énergie refondatrice qu'elle aura épargnée. A moins que ses amis politiques ne lui conseillent amicalement de l'exercer en Poitou-Charentes. Et pour le reste, on en reparlera.
Car enfin, vu de l'extérieur, rien ne renvoit davantage à ce parti que le découpage post colonial de l'Afrique. Je veux dire par là que les ethnies politiques qui le composent n'ont pas été respectées dans le tracé hasardeux des frontières, c'est une évidence. On se demande quelle nouvelle "synthèse" inter-tribale pourra agencer sans fou-rire la Social-démocratie plan-plan de Strauss Kahn - qui cligne de l'œil à celle de l'UDF vaguement plus libérale et rougissante – le libéral socialisme d'un Jean-Marie Bockel - qui contourne presque Bayrou pas sa droite – l'archéo-socialisme d'un Mélenchon dont le trait d'union prend fin place du Colonel Fabien, l'opportuno-anti-européeano-archéo-socialisme d'un Fabius, le réformisme amphibiologique de Martine Aubry – seul femme connue pour être l'ancêtre de son père – ou le révolutionisme baroque et dilettante du vicomte de Montebourg, figure idéale pour le show 2007 du Puy-du-Fou … pour ne citer qu'eux. Allez, voilà du café, celui qui tient le plus longtemps écrira la synthèse, quand les autres auront craqué. Enfin, s'il a apporté son Mac…
Dans le paso-doble idéologique des dernières semaines, le parti socialiste ne semble plus tenir que par la grâce de Sarkozy qui, dans le grand théâtre de campagne, joue le rôle du méchant gendarme, de l'intégrateur négatif - comme le désignent les experts de la dynamique de groupe. Mais cela ne suffit plus. D'ailleurs il a rendu son képi à la procure. Lyautey disait "J'ai moins d'admiration pour Napoléon depuis que je connais la faiblesse des coalitions…" Et voilà que cette détestation sacrée et unitaire rencontre sa limite lorsque quelques jeunes cherchent, certes maladroitement, le dialogue avec la police dans les couloirs de la Gare du Nord. Même les blogs de gauche, les bons en tout cas, s'interrogent…
Aérienne, souveraine et souriante, Royal plane au-dessus des artistes qui s'agitent. Depuis peu, Hollande vient chauffer la salle pour un coming-out conjugal inattendu. Il leur reste ça. M
ais après tout, n'est-ce pas l'essentiel? On fait toujours donner les clowns avant les trapézistes, non? Normal, quand ils se ramassent, l'ambiance tombe.
Mieux vaut faire rire avant.

Vignette: Carte d'Afrique de 1711 (J.B. Homann).