Soirée Télé

tele.jpgFinalement, j'ai fait un poulet. Conservatisme. Et soirée électorale avec un plateau sur les genoux. Prêt pour le match.
Claire Chazal est rayonnante et PPDA hyper rassuré sur son job. Le bel éventail est bleu. Quelques points d'observation.
D'abord, va pour un pilon, un peu de riz basmati. Commerce équitable. Citoyen du monde. Fabius entre dans le studio. Laurent reste l'homme politique le mieux habillé du microcosme. Pas un pli. Cravate impeccable, col de chemise amidonné, une élégance de gentilhomme solognot, une diction parfaite, un sourire estompé de banquier genevois, calvitie rassurante, il habite son rôle à la gauche de la gauche avec une conviction inspirante. Il y a quelques mois, il apparaissait dans l'Express, je crois me souvenir. En jean. Oui, en jean, mais avec un pli parfaitement repassé, sur des mocassins à clochettes. Sans commentaire. Pas comme Raffarin. Jean-Pierre, il n'a pas enfilé son costume depuis une heure qu'on le croirait tout juste sorti d'un très gros flirt dans la luzerne. Mais je l'aime bien, Jean-Pierre. Je comprends toujours le début de ses phrases… après, ça tire-bouchonne… comme ses pantalons. Rien à faire.
Hollande est là, rose sur fond rouge, soucieux, grave et concentré, he's got the blues. Il a l'enthousiasme d'un condamné qui demande à aiguiser lui-même le tranchant de la guillotine. Royal "apparaît"– pour moi, c'est toujours u