Singie blues

grape2.jpgLa Chine ne menace pas que l'Europe. L'Asie aussi voit la puissance du dragon avec d'autant plus d'inquiétude que les relations de voisinage n'ont pas toujours été cordiales. La diaspora est partout, souvent puissante, victime traditionnelle de la méfiance, voire de pogroms comme aux Philippines ou en Indonésie. La voilà soudain adossée au grand frère qui non seulement ne la rejette plus, mais qui compte sur elle pour asseoir une partie de son développement international. Autrefois peu expansionniste, la Chine sinisait mécaniquement les peuples qu'elle absorbait. Aujourd'hui, héritage du timonier sanguinaire, elle se projette. Elle est ouvertement, presque violemment nationaliste.
Singapour n'échappe pas à la règle. Les chinois y sont puissants et le gouvernement s'interroge sur la raison d'être du pays quand bientôt trois ou quatre grandes places financières s'imposeront en Chine. Il a donc décidé d'asseoir sa stratégie sur trois axes : conforter sa position de place financière, au même titre que Hong Kong, et profiter de la croissance régionale en servant les fortunes extraordinaires qui se créent chaque jour dans cette région du monde, incluant l'Inde. Se positionner comme un centre d'excellence universitaire et miser aussi bie