Un an déjà

poste.jpgCe blog a un an. Une drôle d'expérience à laquelle je suis venu « pour voir ». Les six premiers mois ont été portés par une campagne suffisamment dramatique pour produire un billet par jour, puis trois par semaine depuis cet été. Le cirque politique baisse de niveau et les clowns sont moins drôles aujourd'hui, moins inspirants.
Les lecteurs sont venus, souvent « orientés » par des blogueurs plus mûrs qui m'ont fait l'honneur de leur blog-roll, Authueil , Comm-vat , Versac , Diner's Room , Toréador , Koz , What's Next et bien d'autres, qui sont les pages que je consulte régulièrement. Je les en remercie. C'est sans doute grace à eux que  les visiteurs, occasionnels ou réguliers, ont fait escale ici.
Ce que je retiens de cette année en ligne:
1. La République des Blogs, une belle idée de Versac, je crois, qui permet de mettre un visage sur des mots et de rencontrer des gens très attachants et intéressants, les divergences politiques ne résistant pas aux convergences sur la bière. Les blogueurs politiques sont une tribu à part, intelligente et cordiale.
2. La blogosphère est un univers passionnant, très sélectif, qui finalement répond aux mêmes critères que les médias traditionnels. La bonne maîtrise de la forme, la qualité et honnêteté du contenu, la lisibilité du concept éditorial font les bons blogs.
3. Se lancer dans le blog de façon suivie et sérieuse est un investissement en temps considérable. Cela oblige à fréquenter les autres sites, à lire la presse, se tenir au jus et à écrire. J'ai regardé le journal de Claire Chazal plusieurs fois cette année, parfois même sans me mettre à hurler.
Pourquoi faire un blog? A chacun ses objectifs, ses intentions, ses bénéfices. Pour moi il s'agit de ritualiser l'écriture. D'en faire une activité quasi quotidienne, une nécessité, une addiction, puisqu'elle est au centre de ce que j'aime faire.
J'ai pensé un moment abandonner. Maintenant. Le temps que je consacre à des activités non professionnelles et peu rémunératrices est compté (musique, écriture, édition musicale). Après deux recueils de nouvelles, mon éditeur attend un roman et je dois y travailler. La priorité ira donc à cet exercice. Je pense, pour les douze mois à venir, éditer un billet par semaine, de préférence le lundi matin. Je dois pouvoir le faire. Ca sera sans doute moins politique. J'attendrai que la gauche se refonde, que Sarko convole à nouveau et que Ségolène entre au carmel.
J'espère que ceux qui trouvent un intérêt dans les pages que je mets en ligne et en sourient resteront parmis nous. Je les remercie de tout cœur pour leur fidélité et leurs commentaires.
De tout cœur.

Vignette: l'hygiène du blog, j'ai un doute sur le point 5