Jouer pour perdre : bonheur de l’échec

nicolas2.jpgUne grosse dizaine de jours dans les Cyclades, un bon vent, une mer belle, un ciel pur, un bon voilier, 10 îles abordées, des villages blancs et bleus, des nouilles, du poissons, des nouilles, de la feta, des nouilles, des tomates, des sucres lents, merci, pas d'infos, pas de journaux, rien sur Sarko, rien sur le réchauffement, rien sur Barrack, pas la moindre leçon de Sustainable Development ou de Développement Durable signée Total, Exxon, GDF, EDF, Danone, Coca Cola, United Technology, Tata, Mittal, Région Poitou-Charente - tous ces nouveaux amis de Bové qui se fardent de vert à longueur de spots et de communiqués - et je pensais donc (en sirotant un Ouzo sur la petite place de Chora, à Patmos) qu'en rentrant je trouverais le Grand Défraîchi un peu refait au tapis des sondages… mais non, il plafonne à 40% en état de Sustainable Stagnation, nouveau concept élyséen. Le président a la gueule basse et il s'y tient. C'est du durable, du sérieux, comme Carla.

J'ai compris que la presse s'interrogeait sur l'énigme. Comment passe-t-on de 65% de satisfaits à ce médiocre 38% qui fleure le PSG, la relégation en seconde div, le tir dans l'axe du pied. Comment un virtuose de la séduction en politique, qui a fait ses preuves sous la mitraille en 2007, peut-il jouer si faux un an plus tard et vider à moitié la salle qui l'a porté aux nues ? Pourquoi a-t-il joué et perdu si vite ce qu'il avait mis quinze années à bâtir ? Quelqu'un d'aussi volontaire n'obtient-il pas toujours ce qu'il désire ? Sans doute si. Et justement, si l'énigme était là?

De même que le joueur compulsif joue dans la certitude haletante de la perte - seule façon de renouveler le désir du gain - et ne gagne finalement que par le plus grand des hasards, je me demande si le politique ne s'oblige pas à un long apprentissage de la chute, de la mort, pour en reculer les limites à chaque fois qu'il est à terre et qu'il lui faut se relever, groggy, certes, mais vivant. Une stratégie psychologique inconsciente mais tenace. Une "névrose obsessionnelle déterminant des comportements d'échec" comme on le dit au Bar des Amis… Jaurès - Freud, un aller simple, merci. Mis à part Pompidou, porté au pouvoir par l'orgueil et la mauvaise humeur de son chef, force est de constater que tous les présidents de la cinquième république ont connu ces moments où, ayant encaissé le coup de pelle à demi fatal d'un ami politique de vingt ou trente ans, il leur aura fallu se relever péniblement, se masser la nuque et repartir au taf. Mitterrand, gagnant parfait après de si nombreux échecs et de si médiocres avatars, se sera même fabriqué un ennemi intime pour le ronger de l'intérieur tout au long de ses deux trop longs septennats. Les Sisyphe élyséens ne jouiraient en fin de compte qu'en remontant la pente - soulevés par les trépidations libidinales de la lutte - mais redouteraient le sommet, ce lieu insupportable de la petite mort, étroit et fini comme un trône où la bête assouvie s'ennuie, où rien n'est simple, où le temps devient lent, où l'on meurt durablement. La carrière politique et la campagne électorale ne seraient-elles qu'un long passage dans la piscine probatique ? C'est après que la bête est sacrifiée.

Certains ne s'en relèvent pas. Rocard, Chaban, Giscard, Balladur, Royal peut-être… ceux-là ont perdu trop de sang ou ne cicatrisent pas assez vite, ou ne sont pas d'assez gros mangeurs, d'assez grands baiseurs, ont trop d'amis…
Je ne connais pas Sarkozy mais je peux imaginer qu'il retrouve aujourd'hui dans le discrédit ce qu'il a perdu hier en gagnant. Nous verrons ce qu'il fera du Désir.

Et qui paiera.

En passant - et parce que las ramblas sont ce qu'elles sont - il faut visiter le blog de Llibert Tarrago, Les Trottoirs de Barcelone . C'est superbe. D'autre part, Hugues Serraf, de Com-Vat , vient de publier son désopilant (Petites) Exceptions Françaises , à lire absolument, sur les tropismes gaulois qui font de l'Hexagone un lieu à part, dont on rit hélas aujourd'hui comme on riait autrefois de Moscou et de sa tristesse bureaucratique et planifiée…