Formixxa

fxxa3_c.jpg

The Formixxa timeline 

Rançon d'une soirée arrosée, trop arrosée… "Et si on faisait notre CD?"
Banco!
Cinq années de travail et de répétition, tard le soir, en sortant du bureau, dans les Luna Rossa, Studio+, Artistudio ou Amadeus de la place, à débarquer bien peignés chez les crêtes, sans même un piercing ou un tatouage à exhiber, ovnis, quoi.
Stephan Speiser, photographe et élu chanteur parce qu'il bouge bien, François Gabin, absolu bassiste, patient et juste, Fred Gabin à fond les drums, fils spirituel de Stewart Copeland, Fançois Bettencourt, intermittent mais virtuose au clavier, Didier Desmas pour un picking occasionnel, Catherine Marcillac soft contrechant, Stirling Austin, voix, compos et guitare dans la version Londres du groupe, moi à la guitare et pour écrire, musiques et mots, Dunesound pour enregistrer avec Olivier et Michel, et Roudoudou, notre poney. Une aventure de cinq ans pour se rêver au top, devant une bière, après la répétition.
Et finalement un CD, le nôtre, une merveille poétique passée très inaperçue dans ce monde de brutes commerciales, vendu aux capitaines du capital. Mais nous étions intègres. Pas question de corrompre une telle pureté. Nous aurions dit non aux majors.
Et puis le triomphe, sur scène, devant quatorze personnes le 21 juin 2004 dans un jardin de Saint Leu. La fête de la musique. Cette incroyable sensation de puissance. Ce cri projeté, cette magnifique et subversive rythmique du rock enfin livrée à un public transporté. Cinq chansons! Vingt et une minutes d'exception.
Rideau.

 

grammophone.jpg

Ecoutez Never Again 

 

grammophone.jpg

Ecoutez Exception Faite

 

 fxxa11.jpg  fxxa5.jpg  

fxxa6.jpg fxxa9.jpg fxxa7.jpg fxxa8.jpg

 

fxxa10.jpg   china1.jpg